Accompagnement : 6 millions de handicapés moteurs en quête d’insertion sociale
Search
Dimanche 05 Avril 2020
Journal Electronique

Sans les moyens, la volonté ne peut rimer avec le handicap

«Seuls les moyens et les mesures d’accompagnement peuvent aider la personne en situation de handicap à être un citoyen à part entière et être une plus value pour les entreprises économiques», est le constat fait par la présidente de la Fédération nationale des personnes handicapées (FNPH), Atika El Mammeri. Pour elle, «il faut aider les personnes handicapées à sortir de leur isolement à travers des mesures d’accompagnement».


«Même en élevant la pension à 10.000 DA, cela n’a pas aidé les personnes handicapées à sortir de chez elles, car l’environnement extérieur ne s’y prête pas», a expliqué El Mammeri. Cette dernière ne remet pas en cause la bonne volonté de l’insertion des personnes handicapées, mais estime qu’«en analysant la situation, il faut que les professionnels apportent des solutions». Cet état des lieux (diagnostic des conditions d’évolution et de vie de la personne handicapée) permet de mieux déterminer les besoins. «Tous ces services d’accompagnement permettent à la personne de répondre sans difficultés, alors qu’aujourd’hui, elle est exclue de la vie», précisera El Mammeri. La présidente de la FNPH est formelle, «Les personnes handicapées ne sont pas visibles ni dans l’espace public, ni au travail. Le problème d’accessibilité reste posé et l’application des lois de la République qui font obligation d’embaucher 15% de handicapés, ne sont pas appliquées». Dans ce sens, elle met en avant «la grande volonté d’offrir des emplois, mais elle n’accompagne pas les employeurs et les personnes handicapées afin qu’elles soient une plus value pour l’entreprise». «On ne veut pas d’emploi charitable» dira-t-elle.
Dans ce monde d’exclusion, El Mammeri dénonce la radiation de la liste des bénéficiaires du couffin de Ramadhan, des personnes handicapées nécessiteuses. Elle salue, par ailleurs, l’augmentation de la pension à 10.000 DA, mais demande l’évaluation de l’efficacité de son application et clarifier le véritable destinataire. Prenant l’exemple de cette veuve qui s’est vue refuser la pension à laquelle son enfant handicapé a droit, car la mère a une entrée d’argent étant employée dans le cadre du filet social. Le problème de l’accessibilité dans les rues, aux bâtiments publics, aux moyens de transport et autres persiste, en dépit de la promulgation du décret exécutif 06-455 du 11 décembre 2006, fixant les modalités d’accessibilité des personnes handicapées à l’environnement physique, social, économique et culturel. Plaidant pour l’égalité des chances, notamment en matière de travail. El Mammeri citera l’exemple de ce médecin sur chaise roulante, atteinte de polio des deux jambes et qui n’a pu décrocher un poste dans un hôpital qu’après plusieurs tentatives et l’intervention de la FNPH. Elle est arrivée à s’imposer par son travail, changeant ainsi les idées préconçues sur les personnes handicapées. D’autre part, la présidente de la FNPH ne manquera d’appeler à la prise en charge des handicapés moteurs, dont le nombre a atteint les 6 millions de personnes, des myopathes, des IMC et des tétraplégiques. Pour cela, Akila El Mammeri demande une politique durable de prise en charge des personnes handicapées tout au long de la vie, «cette politique n’existe que par fragments; tout doit être mis en œuvre pour l’insertion réelle des personnes handicapées dans la vie du pays», a-t-elle affirmé. Il est également à souligner qu’il est une autre frange de la société vivant l’exclusion, celle des non voyants. Le porte-parole de l’Association des non voyants, Farid Ariouat, admet «l’amélioration de la prise en charge des non et mal voyants, notamment à travers la réévaluation de la pension de 3.000 à 10.000 DA et du taux d’emploibilité de 1 à 3%». Toutefois, notre interlocuteur déplore la manière de leur application. «Dans le cas de la pension, certains étudiants déjà bénéficiaires de la bourse universitaire s’en sont vus refuser l’octroi». «Même les entreprises économiques, faute de textes d’application, ne sont pas dans l’obligation d’embaucher 3% de leur effectif dans les rangs des personnes handicapées», a-t-il regretté.
Afin de prendre en charge cette frange de la population estimée à 200.000 dont 70% sont aveugles de naissance, Farid Ariouat propose au secrétariat d’Etat «une prise en charge correcte et une insertion professionnelle et sociale effective afin d’assurer un développement durable». Il est évident que des avancées notables ont été enregistrées ces dernières années dans l’amélioration des conditions économiques des personnes handicapées, mais des efforts sont encore à déployer pour l’application des textes de loi comme le souhaitent les associations.
Souhila Habib

 

  • tebboune-investiture008
  • tebboune-investiture007
  • tebboune-investiture006
  • tebboune-investiture005
  • tebboune-investiture004
  • tebboune-investiture003
  • tebboune-investiture002
  • tebboune-investiture001
  • tebboune-investiture009
  •  tebboune-investiture012
  • tebboune-investiture010
  • tebboune-investiture012
  • tebboune-investiture011

Santé

Environnement

Destination Algérie

Culture

Histoire

Sciences et Technologies

L'agenda

 

Ministèrede la solidarité
Dans le cadre de la prise en charge des familles démunies, le ministère de la Solidarité nationale, de la Famille et de la Condition de la femme organise, le 01 avril à 10h, avec la participation de plusieurs secteurs ministériels, des caravanes de solidarité. Le coup d’envoi sera donné par la ministre Madame Kaoutar Kirikou, et le ministre de l’Agriculture, Cherif Omar

 Protection civile

La direction de la Protection civile de la wilaya d’Alger organise, en collaboration avec les associations des vétérinaires et des maitres assistants, le 31 mars, deux opérations de désinfection à l’hôpital d’El Kettar (10h) et de Zemerli (14h).

Algérie Télécom

Algérie télécom a lancé, depuis le 27 mars, le service de demande de ligne téléphonique et celui de la signalisation des dérangements via son site web : www.algérietelecom.dz. Les nouveaux demandeurs de lignes pourront suivre à distance, via le courrier électronique, les étapes de l’étude de réalisation et les abonnés professionnels pourront signaler leurs dérangements directement sur le site web sans déplacement.

Djazagro

Le salon professionnel de la production agroalimentaire Djazagro aura lieu du 21 au 24 septembre au Palais
des expositions des Pins-Maritimes (Alger).

Urbanisme

La revue Vies de Villes organise, le 8 avril prochain à l’Ecole d’hôtellerie et de restauration d’Alger, une journée d’étude sous le thème «Concevoir l’habillage architectural : Esthétique, couleurs, métabolisme et durabilité».

Salon import-export

Le Salon import-export inter-africains Impex 2020 aura lieu du 6 au 8 septembre au Centre international des conférences Abdelatif-Rahal d’Alger.

Culture

La direction de la culture de la wilaya de Tizi Ouzou annonce le report, à des dates ultérieures, du Festival culturel national annuel du film amazigh (Fcnafa) et du concours de Mohia d’or de la meilleure dramaturgie en tamazight. Le dépôt des candidatures à ces deux manifestations a été, donc, prolongé.

Don de sang

La Fédération algérienne des donneurs de sang lance un appel à l’ensemble de la population âgée de 18 à 65 ans et en bonne santé pour faire
don de sang.

 

Centre d’études diocésain
Le centre d’études diocésain Les Glycines ferme ses portes et annonce la suspension de toutes ses activités culturelles et scientifiques jusqu’à nouvel ordre, et ce, en raison de la pandémie du coronavirus.

 

Radio DGSN
L’émission «Li Amnikoum» de la Sûreté nationale émise sur les ondes de la radio Chaine I sera consacrée, le 01 avril  à partir de 16h, aux questions de l’utilité du confinement pour éviter la propagation de coronavirus.

Hebergement/Kdhosting : kdconcept