L'éditorial
Search
Mardi 15 Octobre 2019
Journal Electronique

Engagement patriotique

L’ère du parrainage des Présidents et de la confiscation de la volonté populaire est révolue. Seul un scrutin transparent, libre et intègre décidera du choix souverain du peuple. L’Algérie aborde ce rendez-vous historique avec toutes les chances de réussite, favorisé par l’engagement résolu de l’Armée nationale populaire à accompagner jusqu’à son terme le processus électoral dont la pierre angulaire est assurément l’Autorité nationale indépendante des élections qui a procédé, hier, à la clôture de l’installation des délégués de wilaya et mobilisé la communauté universitaire pour l’encadrement de l’opération de vote. A l’effet de garantir une «neutralité totale», de nouvelles procédures de légalisation des formulaires de souscription des signatures individuelles des candidats à la présidentielle ont été définies par l’Anie et confiées aux «délégués communaux, aux délégués spéciaux, aux officiers d’état civil au niveau des APC et annexes, ainsi qu’à tout autre fonctionnaire portant délégation ou habilitation», et également aux «secrétaires généraux des communes, les notaires, les huissiers de justice, les commissaires-priseurs, les traducteurs-interprètes officiels ainsi que les greffiers auprès des tribunaux ordinaires». Elle a interdit explicitement à ceux membres de parti ou de la permanence d’un candidat à la présidentielle d’effectuer la légalisation des formulaires. La rupture avec les pratiques d’un régime prédateur et omnipotent se conçoit dans le désengagement de l’Etat et de ses institutions, toutefois mises au service de l’Anie pour consacrer les vertus de la neutralité, de l’impartialité et de l’intégrité du processus électoral. Indéniablement, l’avènement de cette véritable démocratie a été favorisé par le rôle majeur de l’ANP aux côtés du peuple, garante du fonctionnement de toutes les institutions nationales, proclamant l’absence de toute ambition politique et de tout soutien à quelque candidat que ce soit. Elle est sûre du devoir patriotique de défense de l’Etat national, de la souveraineté chèrement acquise et des revendications légitimes du peuple. «Nous sommes convaincus que le train de l’Algérie est sur les bons rails et qu’il se dirige vers la bonne direction», a affirmé, hier, le général de corps d’armée, vice-ministre de la Défense nationale et chef d’état-major de l’ANP, lors de la visite de travail effectuée au commandement des Forces navales. La bataille de la légitimité signera la fin d’un régime corrompu et de ses affidés ramant à contre-courant de l’Histoire.
 Horizons

L’Algérie sur tous les fronts

Le complot ne fait désormais plus mystère. Il est l’œuvre des «têtes de la discorde», incarnées par la bande démantelée, et leurs appendices mobilisés pour plonger le pays dans une crise politico-institutionnelle permanente et participer au scénario de l’effondrement économique susurré par les prêcheurs du chaos révélés au grand jour par l’ingérence de l’eurodéputée belge et de la parlementaire française de l’extrême gauche. Face à ce défi, la pérennité de l’Etat-nation, qui a toujours opposé une résistance à toutes les épreuves, recommande un sursaut patriotique des héritiers de Novembre, appelés à renforcer le front interne inviolable, et la consolidation des institutions nationales tenues de réussir la bataille de la légitimité démocratique. Le piège grotesque du vide institutionnel sera surmonté par un gouvernement, présent sur le terrain et engagé dans et par le devoir de répondre aux attentes citoyennes. «L’action du gouvernement se poursuit à un rythme plus soutenu pour garantir le fonctionnement ordinaire de tous les services et structures de l’Etat, offrir en permanence au citoyen un service public de qualité et faire réussir tous les rendez-vous à caractère social», a ainsi souligné le Premier ministre, Noureddine Bedoui, dans son intervention lors de la réunion du Conseil des ministres tenue sous la présidence du chef de l’Etat, Abdelkader Bensalah. Cette «méthode pragmatique», cimentant la confiance des citoyens avec leurs institutions, se décline en engagement palpable pour la préservation des entreprises économiques, dont la Sonatrach et le complexe sidérurgique d’El Hadjar, la sauvegarde des emplois et la consolidation du caractère social de l’Etat, attaché à promouvoir une solidarité envers les personnes vulnérables et favoriser un meilleur climat économique au profit des jeunes startupeurs et porteurs de projets. Dans le Sud et les Hauts-Plateaux, des projets structurants, d’infrastructures routières et de santé publique, ont été lancés pour pallier le déficit enregistré. Toutes ces «mesures audacieuses», prises dans un contexte national et international difficile, tendent à créer «une nouvelle dynamique à même de consolider les capacités de notre économie nationale et d’améliorer notre système social sur des bases saines et viables», a affirmé le chef de l’Etat à l’ouverture du Conseil des ministres. Elles dictent l’urgence de la rigueur budgétaire et de la révision du régime juridique des hydrocarbures pour renforcer le rôle économique, financier et technique de la Sonatrach et renouer avec l’attractivité du marché énergétique et minier prometteur. Sur tous les fronts, l’Algérie des grands défis amorce le virage de la présidentielle du 12 décembre, pour mettre fin à une crise qui vit ses derniers jours.
 Horizons

 

Le temps du pragmatisme

Les réformes sont inévitables. A la lumière d’une conjoncture difficile, marquée notamment par le tarissement des ressources financières et l’instabilité du marché pétrolier, l’urgence d’une vision pragmatique se fait sentir pour donner corps à la rigueur budgétaire et la rationalisation de la gestion économique imposées par les exigences d’une adaptation salutaire aux défis des mutations internationales. Le projet de loi de finances 2020, marqué du sceau de l’abandon du financement non conventionnel et le recours à un endettement sélectif étranger pour la réalisation de projets rentables, prône le retour progressif à l’équilibre budgétaire et la préservation du caractère social de l’Etat, déterminé à protéger les couches vulnérables de la société et le pouvoir d’achat des citoyens. La justice sociale recommande donc une imposition objective de la fortune et des biens pour «une meilleure répartition des charges fiscales» et un soutien aux personnes aux besoins spécifiques. Elle véhicule également une ouverture aux jeunes startupeurs et aux porteurs de projet, exonérés d’impôts, disposant de facilitations fiscales, et encourage à s’engager dans un vaste marché jusque-là détenu par des bureaux d’études étrangers s’appuyant sur des compétences nationales jeunes. «Nous payons en devises une solution qui existe chez nous», a reconnu le ministre du Commerce, Saïd Djellab. Et cette justice sociale tend à rétablir une injustice vécue par le Sud et les Hauts-Plateaux auxquels une attention soutenue a été réservée par le PLF-2020 qui prévoit le lancement des projets de développement social et le dégel dans «les plus brefs délais» de projets de réalisation et d’équipement des infrastructures hospitalières et sanitaires. Ce sont là les grands chantiers d’importance des réformes dont le cœur battant reste la loi sur les hydrocarbures conçue depuis 2017 par une commission élargie, présidée par le ministre de tutelle, et enrichie par des experts nationaux. Bien au-delà du dogmatisme des uns et la manipulation éhontée des autres inscrits dans la quête éperdue du chaos institutionnel et économique, elle se caractérise par une «flexibilité» pour rendre plus attractif le marché énergétique tributaire d’une amélioration du climat des affaires. Si le socle de la loi 51-49%, à l’exception des secteurs «non stratégiques», a été maintenu, les options en matière de partage ou de participation structurent un partenariat gagnant-gagnant avec des investisseurs détenant le savoir technologique et les ressources financières adéquates.
 Horizons

Un scrutin libre et à chances égales 

Il faudra bien que, sous l’étendard de la nouvelle Algérie, démocratie se fasse. Toutes les conditions sécuritaires, matérielles et organisationnelles sont réunies pour amorcer la sortie du tunnel et sceller irrémédiablement la réconciliation avec une jeunesse avide de changement profond et éprise des idéaux novembriens, trahis par une bande criminelle, privilégiant l’enrichissement indu au bien-être collectif, ses suppôts surfant sur le hirak instrumentalisé pour des considérations politiciennes et les apôtres du «devoir d’ingérence», dénoncée ces derniers vendredis au grand jour. Malgré toutes les tentatives des «parties étrangères» et des résidus de la bande démantelée, l’Algérie du renouveau démocratique s’en sort grandie de cette nouvelle épreuve historique. Le chemin le plus sûr et le plus viable reste l’expression libre de la volonté populaire, confisquée par les infiltrés de la dernière heure, par le biais d’un scrutin régulier et transparent qui consacre la rupture avec le clientélisme et la logique arithmétique des quotas octroyés à une classe politique infantilisée et gravement disqualifiée. Toutes les garanties d’une consultation impartiale placée sous l’Autorité nationale indépendante des élections, confortée par le transfert des prérogatives de l’Administration, existent pour faire du 12 décembre une fête démocratique. Présente à travers les coordinateurs régionaux et les représentants communaux, l’Anie se renforce pour permettre aux citoyens de «choisir leur Président en toute souveraineté» et de «participer à l’édification de l’Algérie de demain» avec le sens des responsabilités connu et reconnu. En raison de l’«engouement remarquable» des jeunes, observé le jour de la clôture du délai de révision des listes électorales, une nouvelle étape a été lancée et prendra fin le 17 octobre, conformément à la loi organique relative au régime électoral modifiée et complétée. Cette décision intervient en réponse, indique l’Anie, à une revendication insistante exprimée par les jeunes citoyens à l’effet de s’inscrire sur les listes électorales et exercer leur droit constitutionnel. En perspective de ce rendez-vous historique qui connaît également la participation considérable de 140 candidats à la candidature, perçue par le ministre de le porte-parole du gouvernement, Hassan Rabehi, comme une «marque de confiance en ce scrutin», une révolution médiatique se met en mouvement pour enraciner l’esprit d’équité, le professionnalisme et le sens de l’éthique. Désormais, il appartient à l’Anie de définir la mission du ministère de la Communication, a précisé le ministre et la répartition des créneaux de passage des candidats dans les médias publics et privés, en coordination avec l’Autorité de régulation de l’audiovisuel. Une compétition ouverte et à chances égales.
Horizons

Assurances

Revendication sociale première des citoyens, la question du logement est un casse-tête chinois qui s’est posé à tous les gouvernements depuis l’Indépendance. L’Exécutif actuel ne fait pas exception à la règle, même si ses prédécesseurs ont chanté en leur temps que la crise qui empoisonnait la vie des Algériens vivait ses derniers jours. Trop tôt malheureusement pour crier victoire. Il est toutefois un point positif, l’engagement des pouvoirs publics reste entier pour sinon solutionner du moins sensiblement atténuer son ampleur. Ainsi, en dépit des contraintes financières qui limitent son action et d’un avenir incertain, déjà borné par la prochaine élection présidentielle, le gouvernement Bedoui tente d’honorer la promesse faite à des milliers de citoyens d’un accès à un logement décent. La crise financière a, en effet, laissé sur le carreau des centaines de programmes de construction de logements, de toutes formules, à travers l’ensemble du pays, jetant un sérieux trouble quant à leur concrétisation. Face à ces légitimes inquiétudes, le Premier ministre a rassuré, jeudi dernier, lors d’une réunion interministérielle, en assurant que son gouvernement veillait à mobiliser les ressources financières nécessaires au parachèvement de la réalisation de ces programmes et dégager les assiettes foncières requises. Si cette mesure est susceptible de mettre du baume au cœur de milliers de demandeurs impatients de gagner leurs nouveaux appartements, il demeure que la problématique de la production de logements et d’une organisation efficace du marché de l’immobilier reste entière et qu’elle nécessite un traitement qui sorte des sentiers battus que les différents Exécutifs ont jusque-là arpentés sans succès. Le Premier ministre semble s’être fait une idée de la démarche à suivre, en exposant ses premiers jalons, à savoir la création d’un marché immobilier et la libéralisation de la promotion immobilière, l’Etat se réservant le volet de l’encadrement et de la régulation. Cette nouvelle orientation semble aussi prendre en compte le fait que la production de logements n’est pas sécable du climat économique dans lequel évoluent les entreprises de réalisation, tout comme elle doit être repensée dans le cadre général de la production de l’urbain et des concepts innovants qui la guident aujourd’hui, même si l’on s’en tient encore aux éléments basiques.
Horizons

Santé

Environnement

Destination Algérie

Culture

Histoire

Sciences et Technologies

L'agenda

APN
La commission des affaires étrangères, de la coopération et de l’émigration de l’APN organise, le 16 octobre  à 8h30, une journée sur le «dévouement des émigrés algériens et leur rôle dans la consolidation de l’unité nationale». 

Ministère des Moudjahidine

Le ministre des Moudjahidine, Tayeb Zitouni, effectuera le 21 octobre, une visite de travail et d’inspection dans la wilaya de Jijel.

Ministère de la Culture

Le 11e Festival culturel international de musique symphonique aura lieu jusqu’ au 17 octobre à l’Opéra d’Alger Boualem-Bessaïh.

 

Ministère de la Jeunesse et des Sports
Le ministère de la Jeunesse et des Sports organise  les 16 et 17 octobre à 9h30, à l’OCO Mohamed-Boudiaf (Alger), une rencontre nationale sur le rôle des cellules d’écoute et de prévention «santé jeunesse».

Ministère de la Santé

A l’occasion de la Journée nationale de lutte contre la rage, le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière organise un workshop sur la rage jusqu’au 17 octobre à l’hôtel Aurassi (Alger).

 

Ministère de l’Environnement
A l’occasion de 58e anniversaire de la Journée nationale de l’émigration, la ministre de l’Environnement Fatma-Zohra Zerouati, procède,  le 16 octobre ,à 14h, à une campagne de reboisement dans la forêt Baroudi de Baïnem (Alger).

 

ANP
La direction régionale de l’information et de la communication de la 1re Région militaire organise jusqu’au 17 octobre au niveau de l’Ecole supérieure de la gendarmerie nationale Chahid Mouaz-Mohamed Zéralda, le championnat national militaire de karaté-do. L’ouverture aura lieu aujourd’hui à 8h.

 

Ambassade d’Italie en Algérie
L’ambassade d’Italie à Alger organise jusqu’ au 18 octobre au palais de la culture Moufdi-Zakaria, l’exposition «Leonardo Opera Omnia» à l’occasion du 500e anniversaire de la mort de Leonardo da Vinci.

 

Wilaya d’Alger
Sous l’égide du wali d’Alger, l’Office national des parcs sportifs et d’attraction organisera, du 17 au 19 octobre à 9h, un concours national hippique de saut d’obstacles au niveau du club hippique du Caroubier (Alger).


Institut Pasteur
L’Institut Pasteur d’Algérie organise jusqu’au 20 octobre au niveau de l’annexe de l’Institut Pasteur à Sidi Fredj (Alger), un «cours international sur la cartographie et la modélisation relative aux maladies à transmission vectorielle» s’inscrivant dans le cadre du projet euro-méditerranéen Medi-Labsecure.

Salon international de l’art culinaire
Le 3e Salon international de l’art culinaire, sous le thème «cuisine et santé», se déroulera jusqu’au 20 octobre à la Safex pavillon S (Alger).

Opéra d’Alger
L’Opéra d’Alger lancera un nouvel espace baptisé «Café de l’Opéra» qui sera inauguré par l’écrivain et romancier Waciny Laâredj le 26 octobre à 17h.

 

UGCAA
L’Union générale des commerçants et artisans algériens, en coordination avec la Fédération nationale des géomètres métreurs et topographes, organisera, le 17 octobre  à 10h30, au siège de l’Union, à Alger, la cérémonie de signature d’un accord avec les représentants du Tribunal international pour le règlement des différends.

DGSN
L’émission «Li Amnikoum» de la Sûreté nationale diffusée sur les ondes de la Radio Chaîne I à 16h, sera consacrée le 16 octobre à la sensibilisation sur le danger de laisser les enfants seuls dans la voiture.

Forum d’El Moudjahid
Le forum d’El Moudjahid, en coordination avec Machaâl Echahid, organise,  le 16 octobre à 10h, une conférence en hommage aux martyrs du 17 Octobre 1961.

TNA
Le Théâtre national algérien, en collaboration avec l’ambassade suisse à Alger, organise, le 16 octobre  à 18h, un monologue intitulé «Loubna», interprété par Nastasja Tanir.

Football

Sports Divers

Hebergement/Kdhosting : kdconcept